Marco von Orelli / Max E. Keller / Sheldon Sutter – Blow, Strike and Touch

by franpisunship – 30 août 2017

HatHut est un chat. Un label habile, qui retombe sur ses pattes et se moque de la gravité, mais qui surtout semble avoir neuf vies, et peut être  quelques supplémentaires, avec des cœurs flambants neufs mais une enveloppe corporelle qui semble pour le moment être la même.
Longtemps, on l’a donné pour mort, et puis autour des quarante ans d’existence, ce fut comme un ultime sursaut.
Un dernier souffle ? A croire que non, puisqu’après une nouvelle pose, le label revit, relancé par Outhere qui semble vouloir faire plus qu’exploiter l’imposant back catalogue de la légende suisse à tranche orange. La preuve ? Les nouvelles sorties se multiplient, de Christoph Erb, dont nous parlerons très prochainement sur Citizen Jazz à ce présent disque du trompettiste Marco von Orelli auquel le label est depuis longtemps fidèle. Et tant pis s’il a été enregistré en 2014 et qu’entre-deux von Orelli ait enregistré un disque sur le même label avec son Marco von Orelli 5.
Blow, Strike and Touch, qui traduit à merveille le propos du présent trio fait parti de ses disques de l’instant qui peuvent donc se permettre le luxe de l’intemporel, à base de souffle, de frappe et d’effleurement.
Le trio suisse est un attelage nouveau, mais presque naturel : Marco von Orelli use depuis longtemps ses embouchures sur les chemins tortueux de la composition collective instantanée. Il est régulièrement accompagné du batteur Sheldon Suter, qu’on retrouvait déjà dans l’excellent Big Bold Back Bone à l’énergie parsemée d’électricité. « Jagdhund » (chien de chasse en allemand) le traduit à merveille, avec cette course folle et désordonnée de la batterie qui poursuit tout de même un but obsessionnel et patauge dans tous les marais, même les plus saumâtres, à la recherche des souffles étouffés de la trompette, versatile en diable.
Il a beau chercher, et souvent trouver, même pour quelques secondes, on comprend vite que tout ceci est pour le jeu, car les deux improvisateurs ce connaissent très bien, et depuis l’enfance, environnement propice à toutes les libertés.
L’autre complice est un pianiste, qui est un des multiples oubliés de ce panorama. Pourtant, il est, dit-on, un des premiers suisses à s’être réclamé du Free Jazz.
On a pu l’entendre avec Urs Leimgruber ou encore Hans Hassler. Son approche très marqué par le classique contemporain du XXe siècle fait merveille dans les Miniatures proposées par le trio.
Il ne s’agit pas seulement de « Miniatur #1 », où du silence transparaît quelques accords lointain avant que la trompette n’emplisse l’espace de tout son relief, mais surtout de « Miniatur #3 » qui précède « Jagdhund » où en à peine une minute, quelques frôlements des entrailles du piano livrent des informations sur les feulements à venir, qu’on retrouvera aussi sur l’intense « Nacht Schichten » où Keller vient se mêler aux remous qui n’ont absolument rien d’un tendre clapotis.
C’était déjà le cas pour Big Bold Back Bone, et sans doute plus encore ici, alors que les instruments sans électricités ne semblent constitués que de fluides organiques, mais la musique de von Orelli fait souvent songer à Kaze. Une musique où percole les particules élémentaires dispersées au gré des vents hostiles et des canicules soudaines que cette musique brute harmonise par la simple chimie.


VonOrelli,Keller,Suter.hatOLOGY 732

 

By Shaking the Squid, May 23, 2017 – the Squid’s Ear

Swiss trumpeter Marco Von Orelli leads this trio with Max E. Keller on piano and Sheldon Suter on drums, heard live at JazzAmMittwoch, Theater an Gleis, in Winterthur, Switzerland in 2014 for a thoroughly modern jazz outing of creative and extended approaches to the trio’s instruments and approach to free jazz. If you haven’t heard Von Orelli play and you’re a fan of the most modern approaches to playing, as exemplified in musicians like Nate Wooley or Axel Dorner, you need to check this guy out, as his range and palette of approaches is both startling and compelling.


Jazz’n’More  (Mai/Juni Nr.3/2017)

JNM_03_2017_von Orelli


… Marco von Orelli, Max E. Keller, Sheldon Suter: Blow, Strike & Touch. Hatology 732.

Auf der Weltkarte des Jazz ist die Schweiz ein wichtiger Ort – nicht zuletzt, weil mehrere namhafte unabhängige Labels hier zu Hause sind. Eines von ihnen ist das 1975 von Werner X. Uehlinger gegründete, in Basel ansässige Unternehmen HatHut Records, das hauptsächlich im Bereich der freien Improvisation und der Avantgarde tätig ist…

Auch in diesem Frühjahr präsentiert das Label sowohl packende Neuerscheinungen als auch Klassiker der Moderne.

Zur HatHut-Familie zählt auch der immer noch junge Schweizer Trompeter Marco von Orelli. Der Basler hat schon mit seinem Debüt «Close Ties on Hidden Lanes» (2012) überzeugt. Auf seiner neuen CD präsentiert er sich im Trio mit dem Pianisten Max E. Keller und dem Schlagzeuger Sheldon Suter. Auch hier geht es um Improvisation, um ein Gespräch auf Augenhöhe. Aufgenommen wurde das Konzert am 2. April 2014 im Theater am Gleis in Winterthur. Fazit: Der Free Jazz lebt. Nicht zuletzt dank Werner X. Uehlinger. Chapeau! 

Manfred Papst, NZZ am Sonntag, 16.4.2017


Manfred Papst, NZZ am Sonntag, 16.4.2017

NZZ am Sonntag

 

 

Kommentare sind geschlossen